Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 01:29

Comme tous les ans depuis quelques années est présentée la Reconstitution Historique d’événements qui se sont déroulés à Lauris, village du Luberon sur la Durance. Une troupe de bénévoles, tous habitants de Lauris  jouent des scènes qui reproduisent ces faits divers à caractère historique ou pas.


Un grand merci pour ce magnifique spectacle vu par des milliers de personnes venues des villages environnants. Mais pour mettre en place une telle représentation il faut le dévouement de celles et de ceux qui en sont le moteur. La recherche historique est le travail de Bernadette Genès et les décors de Laura Fisher. Merci à elles et à tous les autres.


Voici un reportage photos de ces diverses scènes.


89 Le retour de Memmius


L’actuel territoire de Lauris est la réunion de deux «  centurations », bandes de terrain d’1km 700 de large qui étaient attribuées, selon la décision de l’Empereur Vespasien, aux centurions ayant combattu 25 ans dans l’armée romaine.


En 89, après avoir pacifié les populations du Danube, le centurion Memmius revient dans sa villa soigneusement décorée par sa femme Staïa. Accompagné par son fidèle aide de camp, il espère y trouver le repos du guerrier. Entre une femme pleine d’ambition, deux filles mal élevées, un pique assiette qui s’incruste, une cuisinière venue d’Outre-Manche, trouvera-t-il le repos ?



Le retour de Memmius




Décor de Laura Fischer
 


Avril 1348 La peste à Lauris 


La peste a surgi en Europe en 541 après J.C., venant d’Egypte. Elle disparut en 767 sans que l’on puisse trouver une explication sinon de dire que les relations entre le Moyen Orient et l’Europe s’étaient beaucoup ralenties.


Peste vient du mot latin «  pestius » qui veut dire «  fléau ». Toute épidémie mortelle était considérée comme «  une peste ». Au Moyen Age, la peste dite noire fit son apparition et fit disparaître la moitié de la population en Europe ( 25 à 40 millions de morts). On sait que cette peste avançait à près de 5 kilomètres par jour et elle devait arriver à Lauris. Ce qui fut fait en avril 1348.




La peste à Lauris


 


15 mars 1646 Visite manquée du Duc de Lesdiguières


La baronnie de Lauris a été achetée en 1618 par le duc François de Lesdigières. La raison de cet achat n’est pas évidente puisque Lauris était éloigné de ses terres ( Murs, Lioux). Le duc était devenu tellement riche à la suite du pillage des églises et monastères qu’il fallait qu’il place son argent. Mais le château en ruines coûta cher à réparer et il fut abandonné. Le duc avait pourtant promis de visiter son fief mais il y renonça à la dernière minute d’autant plus que les consuls à Lauris voulaient lui présenter une double requête : acheter les graviers de la Durance et utiliser la fontaine du château.



Janvier 1711 Un crime à Lauris


En 1711, le surlendemain du jour des Rois, Charles Martel, l’instituteur est assassiné d’une balle dans la nuque et son cadavre retrouvé dans la Durance. Les traces mènent à un André Pelen. Vingt témoins furent entendus le 23 janvier par Jacques Bosse, viguier et lieutenant de juge.



Un crime à Lauris


 


29 septembre 1797 Les enragés de Cadenet


L’année 1797 connaît de grands remous. Du 24 mars au 4 avril ont lieu les élections législatives dont les résultats sont favorables aux royalistes. Commence la «  Terreur Blanche », à la poursuite des anciens révolutionnaires.


Pendant ce temps continue la guerre contre l’Autriche et les étrangers sont pris comme cibles.


Tel est le cas à Lauris où une Suissesse est arrêtée par les enragés de Cadenet. Interviennent alors le Maire et son adjoint pour sauver la pauvre femme et renvoyer les jeunes chez eux.




Les enragés de Cadenet


 


1808 Le retour de Joseph Garnier


Joseph Garnier, né le 18 juin 1755, était le fils du cordonnier Joseph qui habitait place Jean d’Antan. Joseph avait un oncle basson à l’Opéra de Paris qui fit monter son neveu, 12 ans, dans la capitale. A la fois hautboïste et flûtiste, il fut de toutes les grandes créations de l’Opéra, rencontrant la danseuse la Guimard et la cantatrice Sophie Arnoud. Glück et Mozart vinrent à Paris pour composer surtout des pièces pour hautbois. Ce fut Joseph Garnier qui joua ces morceaux  faisant ainsi connaissance des deux grands musiciens. En 1795, il participa à la création du Conservatoire National de Musique et écrivit une méthode de hautbois. 


Il joua encore devant Napoléon avant- de prendre sa retraite en 1808  dans son village natal.









 


1er octobre 1852 Le départ en pension


Pendant la Révolution, les écoles ont disparu des villages. A Lauris, l’école a été rétablie en 1830 mais son niveau ne dépassait pas le niveau CE2 – 8 ans. Pour continuer, il fallait envoyer les enfants en pension. A Lauris le choix était entre Aix et Avignon. Aimé le père choisit d’envoyer ses enfants chez les Frères des Ecoles Chrétiennes à Béziers.  : 36 heures de voyage : carriole jusqu’à  Cavaillon, voiture de poste jusqu’à Avignon puis train vers Montpellier et enfin voiture de poste pour Béziers. Les enfants partaient pour 10 mois. Il fallait une grosse malle par enfant avec paillasse, draps, trousseau et livres.





 


1960 Le café Porte


A la fin du XIX e siècle, Monsieur Porte transforme la cour de sa maison, rue Joseph Garnier, en un café. Une salle avec billard au premier étage sert de lieu de réunion. 


En 1960, une des descendantes, Charlotte Mélis reprend la gestion du café : elle installe un flipper et un baby foot et une nouveauté : le juke-box.


C’était à Lauris avec le café Rocca qui faisait cinéma les distractions du village. Les jeunes dansent au son des disques et le 1er janvier le vieux franc disparaît pour devenir «  lourd ».


 



Crédits Photos: FG.  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Huberaime 09/10/2011 12:05



Bonjour


Reportage intéressant. Aimerez-vous le mien? Si oui, diffusez-le et lisez gratuitement mes autres publications (patrimoine provençal, voyages) Huberaime


http://1tabbycat.wordpress.com/2011/09/19/reconstruction-of-history-in-lauris-vaucluse-11-sept-2011/