Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 17:38

La Provence va établir, au cours de ce siècle, la réputation, comme à l’époque romaine, d’être un lieu privilégié de loisirs et de plaisirs : son climat, la beauté et la variété de ses paysages, sa manière de vivre, sa gastronomie imposeront une image de lieu de villégiature à travers le monde . Dés le début du XXe siècle, les classes riches avaient commencé à construire des palais et de somptueuses villas. Puis vint la démocratisation du sud grâce aux congés payés du Front Populaire.

Un tourisme de masse envahit la Côte d’Azur à la fin des années 50 entraînant malheureusement l’ère du béton et des cages à lapins où s’entassent à la saison d’été les touristes et vacanciers de nombreux pays. 

 

L’arrière pays, en particulier le Luberon connaît son invasion à partir de l’arrivée du pouvoir socialiste car les pontes du parti avaient résidence secondaire dans notre région : Jack Lang, Guigou, Mitterand.

 

Mais la Provence devint aussi terre d’asile pour de nombreux artistes dés la fin du 19e siècle : Vincent Van Gogh, peintre hollandais qui vécut une grande partie de sa vie en France ( 1853- 1890) et le tableau de sa chambre à Arles. Paul Cézanne ( 1839– 1906) natif d’Aix-en-Provence qui, après avoir goûté de Paris, revint au bercail et fit de nombreux tableaux de la Montagne Sainte-victoire.

D’autres artistes apportèrent une touche personnelle à la réputation de la Provence : les écrivains Marcel Pagnol, Jean Giono. Le cinéma fit revivre les épisodes de ces conteurs : Fernandel et Raimu par leur accent firent connaître un fabuleux aspect de la Provence : la convivialité et la joie de vivre.

 

A présent, festivals ( Orange, Avignon, La Roque d’Antheron ) attirent des dizaines de milliers de visiteurs.

 

La Camargue, sauvage et isolée a conservé son caractère de grandes étendues parcourues par de fougueux chevaux blancs et les manades élèvent des taureaux de classe. Pourtant la faune aquatique subsiste : les flamands roses hantent les marais par centaines.

 

Ce processus d’implantation pour les vacanciers et les retraités s’est accéléré avec l’arrivée du TGV qui semble traverser les magnifiques paysages de Cézanne. Les villas avec jardins et piscines poussent comme des champignons, mordant profondément sur les terres agricoles. Paradis de luxe en bord de mer, refuge pour retraités, la Provence s’urbanise rapidement.

 

Même le mosaïste , André Girod, semble avoir suivi le parcours ordinaire d’un retraité du Vaucluse : d’abord visiteur, touriste, vacancier enfin résident permanent, après avoir parcouru le monde, à Lauris. C’est le dernier portrait de la série et certainement le moins connu du lot !!!! Mais il occupe son coin  pour un sacré bout de temps !!!

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires