Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 17:56

 

 

 

Repost 0
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 17:38

La Provence va établir, au cours de ce siècle, la réputation, comme à l’époque romaine, d’être un lieu privilégié de loisirs et de plaisirs : son climat, la beauté et la variété de ses paysages, sa manière de vivre, sa gastronomie imposeront une image de lieu de villégiature à travers le monde . Dés le début du XXe siècle, les classes riches avaient commencé à construire des palais et de somptueuses villas. Puis vint la démocratisation du sud grâce aux congés payés du Front Populaire.

Un tourisme de masse envahit la Côte d’Azur à la fin des années 50 entraînant malheureusement l’ère du béton et des cages à lapins où s’entassent à la saison d’été les touristes et vacanciers de nombreux pays. 

 

L’arrière pays, en particulier le Luberon connaît son invasion à partir de l’arrivée du pouvoir socialiste car les pontes du parti avaient résidence secondaire dans notre région : Jack Lang, Guigou, Mitterand.

 

Mais la Provence devint aussi terre d’asile pour de nombreux artistes dés la fin du 19e siècle : Vincent Van Gogh, peintre hollandais qui vécut une grande partie de sa vie en France ( 1853- 1890) et le tableau de sa chambre à Arles. Paul Cézanne ( 1839– 1906) natif d’Aix-en-Provence qui, après avoir goûté de Paris, revint au bercail et fit de nombreux tableaux de la Montagne Sainte-victoire.

D’autres artistes apportèrent une touche personnelle à la réputation de la Provence : les écrivains Marcel Pagnol, Jean Giono. Le cinéma fit revivre les épisodes de ces conteurs : Fernandel et Raimu par leur accent firent connaître un fabuleux aspect de la Provence : la convivialité et la joie de vivre.

 

A présent, festivals ( Orange, Avignon, La Roque d’Antheron ) attirent des dizaines de milliers de visiteurs.

 

La Camargue, sauvage et isolée a conservé son caractère de grandes étendues parcourues par de fougueux chevaux blancs et les manades élèvent des taureaux de classe. Pourtant la faune aquatique subsiste : les flamands roses hantent les marais par centaines.

 

Ce processus d’implantation pour les vacanciers et les retraités s’est accéléré avec l’arrivée du TGV qui semble traverser les magnifiques paysages de Cézanne. Les villas avec jardins et piscines poussent comme des champignons, mordant profondément sur les terres agricoles. Paradis de luxe en bord de mer, refuge pour retraités, la Provence s’urbanise rapidement.

 

Même le mosaïste , André Girod, semble avoir suivi le parcours ordinaire d’un retraité du Vaucluse : d’abord visiteur, touriste, vacancier enfin résident permanent, après avoir parcouru le monde, à Lauris. C’est le dernier portrait de la série et certainement le moins connu du lot !!!! Mais il occupe son coin  pour un sacré bout de temps !!!

 

 

 

 

Repost 0
1 octobre 2006 7 01 /10 /octobre /2006 15:36

La  Révolution française troublera rapidement la société provençale : politisation, exaspération, terreur secoueront la région de la Drôme à Marseille.

 

Au printemps et en été 1792, la «  flambée des châteaux » (Vovelles) détruiront châteaux ( Lacoste ), demeures aristocratiques, monastères ( Montmajour). La vente des biens nationaux disperse meubles et tableaux.

 

 

De 1794 à 1815, retour des Bourbons, la terreur règnera : massacres à Marseille, Toulon.
De la Provence, plusieurs personnages emblématiques surgirent , Mirabeau ( 1749 -1791), le Marquis de Sade ( 1740- 1814) et le bataillon de Marseille qui parcourra la France et l’Europe avec son chant guerrier, la Marseillaise. Une nouvelle ère s’ouvrira avec la Restauration de la monarchie : voies de communications, par eau «  Canal du Midi » et par fer. Le chemin de fer relie Marseille à Avignon en 1849. Cultures spéculatives : le mûrier, la garance, le chardon à carder. Les chantiers navals de la Ciotat prennent leur essor.

 

 

La grande ligne de chemin de fer PLM, Paris Lyon Marseille désenclave la Provence.
La Provence tente de retrouver un réveil littéraire. Le mouvement Félibrige lancé en 1854 fait revivre d’une façon rigoureuse la langue provençale. Frédéric Mistral ‘(1830 -1913) obtiendra le Prix Nobel de littérature en 1904 pour son œuvre « Mireille «  (Miréio) 1859 ; Un autre écrivain, Alphonse Daudet (1840 – 1897) apportera des lettres de noblesse à la Provence. Les personnages illustreront l’esprit provençal : lettres de mon moulin ( 1869), les Contes du lundi, Tartarin de Tarascon, l’Arlésienne mise en musique par Bizet.

 

 

De la Provence à la Côte d’Azur, la beauté du paysage, la douceur de vivre, le soleil et la mer attirent artistes et riches aristocrates. La Côte devient Riviera, lieu de villégiature des Anglais ( « Promenade des Anglais » à Nice), des Russes de la cour du Tsar, des Américains et évidemment de la classe huppée de Paris ( Rothschild).

 

 

Son histoire va se transformer en un nouveau paradis terrestre avec construction de splendides demeures comme au temps des Romains.

 

 

Légende de la mosaïque:  

 

Personnages :
P1 : Mirabeau (1749-1791), député d’Aix aux Etats Généraux. Tribun remarquable
P2 : Marquis de Sade ( 1740 -1814), libertaire, souvent emprisonné pour ses écrits.
P3 : Frédéric Mistral ( 1830-1913) écrivain provençal . Crée le mouvement Félibrige en 1854. Ecrit Miréio en 1859. Prix Nobel de littérature en 1904.
P4 : Alphonse Daudet (1840 -1897), écrivain né à Nîmes : Lettres de mon moulin 1869.


Bordures : révolution industrielle : transmission.


C1 : Tambour d’Arcole, Cadenet, André Estienne, célèbre pour avoir été, en novembre 1796, le fameux tambour qui aida les Français à traverser le pont.
C2 : Marseillaise, chant guerrier de Rouget de Lisle, adopté par un régiment de Marseille.
C3 : Destruction de château de Lacoste de la famille Sade et de l’abbaye de Montmajour pendant la Révolution.
C4 : Napoléon débarque » à Fréjus en 1815 ;
C5 : PLM Paris-Lyon-Marseille , ligne créée en 1854 ; Circulation à vapeur sur le Rhône à partir de 1840.
C6 : Notre Dame de la Garde, Marseille construite en 1864.

Repost 0
7 juin 2006 3 07 /06 /juin /2006 15:17

Le christianisme officiellement reconnu  en 331 par l’empereur Constantin (280-337) réfugié à Arles, donna une grande impulsion à la construction d’églises locales dont beaucoup utilisèrent les pierres des monuments romains : Marseille, Orange, Apt (314) Aix-en-Provence (408), Carpentras, Avignon (439).

 

A la même période, les monastères virent le jour : Lérins, St Victor (Marseille) vers 410.

 

Arles (Arelate ) gardera longtemps son prestige et restera la capitale de la province jusqu’au 11e siècle.

 

Les Morévingiens tentent d’y fonder un royaume mais la Provence est le fruit de conflits entre successeurs de Clovis.

 

En 843 le traité de Verdun qui partage l’Empire de Charlemagne donne la Provence à Lothaire 1er. Mais Charles le Chauve en 869 s’empare de ses parts à la mort de Lothaire. Le 15 octobre 879, Boson, duc de Provence est proclamé premier roi de Provence.

 

Les rois de Provence se succèderont jusqu’au roi René (1434- 1460).

 

Des disputes familiales entre Charles III du Maine et René de Lorraine à sa mort servirent de prétexte à Louis XI pour s’approprier la Provence. Elle devint province du royaume de France. C’est la fin de l’indépendance de la Provence.

 

Les incertitudes politiques et les graves épidémies (peste noire 1348-1350), disette (1315) et guerres  (cent ans) apportèrent  un triste bilan à la Provence . Les princes se défendirent en fortifiant leur ville et en construisant des châteaux : Tarascon (XIIe siècle), Baux, Beaucaire.

La foi pousse les chrétiens à élever des monastères et des églises. Les moines de Cluny construisent en 965 l’église de Ganagobie ( 04). Au XIIe siècle, les Cisterciens fondent les « quatre sœurs cisterciennes » : Silvacane (13), le Thoronet (83) Sénanque (84), Valsainte ( 04). Les Chartreux s’installent à Durbon (05) , à Montrieux ( 83). Les Templiers étendent le réseau de leurs commanderies. En 1291 , Charles II s’assure la possession d’Avignon qui devient en 1305 la seconde Rome avec Clément V. Sept papes ( dont les deux derniers en partage avec Rome ) règneront sur la chrétienté jusqu’en 1403.

 

L’élan artistique et intellectuel d’Avignon attire de nombreux étrangers ( Pétrarque, Martini , Giovanetti).

Le « bon » roi René donne un vif éclat à sa cour et annonce le prélude de la Renaissance.

 

Légende de la mosaïque :
Portraits :

  • Constantin : empereur romain (306-337) transforme le christianisme en religion d’état en 331 .
  • Pape Clément V (Bertrand de Got), premier papa d’Avignon de 1305 à1314. A la suite du schisme entre Philippe le Bel et Rome.
  • Roi René, maison d’Anjou (1423-1460). A sa mort, la Provence devient province du roi de France, Louis XI. Portrait tiré du retable «  triptyque du Buisson Ardent », Cathédrale St Sauveur, Aix.
  • Boson, Comte de Provence, 1er roi de Provence en 879. Mort en 887.

Bordures :  Naissance des vitraux et construction des cathédrales.

Centre :

  • Villes fortifiées : Arles, Aigues-Mortes.
  • Construction des abbayes cisterciennes 1148 : Sénanque, Silvacane, Le Thoronet, Valsainte.
  • Palais de Papes par Jean XXII en 1316.
  • Château de Tarascon : XVe siècle.
  • Troubadours , début de la poésie courtoise.
  • Enluminures : à base de minium et d’œufs d’où le terme.
  • Copiste : souvent un moine, art de la calligraphie.    

 

Repost 0
7 juin 2006 3 07 /06 /juin /2006 15:05

La découverte des civilisations antiques (Grèce, Rome), les progrès de la science et une classe naissante de bourgeois qui s’enrichissent dans les villes apportent de profondes modifications dans le comportement des classes aisées. Attirées par le luxe, se sentant plus en sécurité, les grandes familles construisent des demeures élaborées, appelées châteaux ( Lourmarin, Tour d’Aigues) souvent en modifiant les forteresses féodales : larges fenêtres à meneaux, jardin à la française, terrasses ( Lauris) , salles d’apparat (Ansouis).

 

L’expansion du protestantisme et les prêches des réformistes venus du nord apporteront un climat de tension.

 

Dés 1530, les autorités civiles et religieuses constatent la progression du protestantisme. Le Luberon est le centre des Vaudois, forme de réformisme apporté par un Suisse de Lausanne, Valdo. Les persécutions s’abattent sur la population et culminent avec la destruction d’une dizaine de villages et le massacre des populations. En 1545 Merindol, Cabrières, Lourmarin sont les victimes de Raynier, baron d’Oppède.

 

Surgit une figure emblématique qui représente l’humanisme : Michel de Nostradamus ( 1503-1566), médecin et astrologue, auteur des Centuries.

 

Une période de tolérance s’instaure avec l’avènement de Henri IV et la signature du traité de Nantes.

 

Aux conflits religieux qui apportent le malheur s’ajoutent les pestes et «  émotions » du XVIIe siècle, révoltes populaires contre une fiscalité trop lourde : 1630 à Aix, 1660 à Marseille.  Elles seront sporadiques jusqu’en 1789.

 

Les arts prospèrent et la croissance marque la Provence. La population de Marseille passe de 30 000 en 1554 à 120 000 en 1790. Les industries et les nouveaux produits agricoles apportent une richesse. Lauris et ses asperges (1755), ver à soie, mûriers, faïences à Moustiers, indiennes à Nîmes, les meubles à Fouques.

 

La rudesse du Moyen Age cédera le pas à l’humanisme, à la galanterie, à la poésie, à la douceur de vivre. Les troubadours récitèrent des ballades d’amour, Pétrarque ( 1304 -1374)annoncera la Renaissance avec son «  Canzonniere » dans lequel il immortalisera Laure de Noves qu’il aperçut la première fois le 6 avril 1327 à Avignon. Fragonard ( 1732 – 1806) fermant la marche avant la révolution par ses scènes champêtres.

 

Légende de la mosaïque:

P1 : François Pétrarque (1304-1374), poète italien qui vit à Avignon. Le 6 avril 1327, il aperçoit Laure de Noves. Annonce la Renaissance par son recueil Canzoniere.
P2 : Michel Nostradamus (1503-1566), médecin et astrologue, publie les Prophéties en 1555, premier recueil des Centuries.
P3 : Maynier, baron d’Oppède (1495-1558), responsable en avril 1545 du massacre de 3000 personnes adeptes de Valdo (Vaudois), Mérindol.
P4 : Fragonard (1732-1826), peintre né à Grasse. Fraîcheur, légèreté dans ses œuvres.
B1 : La Caravelle permet les grandes explorations maritimes.
B2 : Fenêtre à meneaux des châteaux de villégiature. 
B3 : La science évolue : cornue, compas, astrolabe.
C1 : Château de la Tour d’Aigues, XVIème siècle.
C2 : Bories à partir du XVème siècle, cabane de berger.
C3 : Nouveaux instruments : globe, lunette d’observation.
C4 : Début des Centuries : « estant assis de nuict secret ».
C5 : Massacre de Mérindol, 1545.
C6 : Inquisition.
C7 : Artisanat : à Moustiers-Sainte Marie en 1679, Pierre et Joseph Clérissy, faïenciers lancent le Décors Berain. A Fouques, meubles, panetière, estagnié, crédence.
C8 : Fort d’If, XVIème siècle.
C9 : Blason de l’abbaye de Montmajour.

 

Repost 0
2 mars 2006 4 02 /03 /mars /2006 00:00

La sédentarisation, l’établissement d’habitats de plus en plus solides (pierre, bois) le développement d’industries (fer, céramiques, textiles), l’apparition d’inventions (la roue, le joug, le tonneau des Gaulois, le godet, la voile) et un surplus alimentaire qui aide à la formation d’une administration (scribes , soldats) vont contribuer à l’expansion du commerce.

 

La Méditerranée, centre de multiples civilisations (est considérée comme civilisation un regroupement de plus de 10 000 personnes avec des constructions de pierre, un langage et une hiérarchie) va favoriser les échanges.

 

Des Grecs d’Asie Mineure, 6000 ans av.J.C. installent près de Marseille des comptoirs (auporia ) occupés puis abandonnés selon saison et besoins. Les lieux de séjour de plus en plus fréquentés finiront par devenir permanents. Ils prennent la forme de bourgades puis de villes. Vers 600 av.JC Massalia( Marseille) (fondé par les Phocéens), Antipolis (Antibes), Nicoea (Nice).

 

Mais l’apparition de ces étrangers engendre des rivalités avec les tribus locales (celtes, ligures, salyens). Conflits et batailles scelleront la domination hellénique.

 

Les fleuves (Rhône et Durance) aident à étendre leur influence. Marseille pour se protéger des agressions de ses voisins celtes font appel à Rome en 125 av.JC. Rome s’empresse d’envoyer des légions. Le consul Sextius Calvinus, en 122 av.JC fonde la ville aux nombreuses sources : Aquae Sextius (Aix en Provence). Les vétérans récompensés pour leurs bons et loyaux services, se voient octroyer des terres. Ils construisent des fermes (latifunda), des maisons de maître (villa) et cultivent seigle, blé, vigne et oliviers. La région porte le nom de « Provincia Romana ». Enfin en 49 av.JC, Jules César occupe Marseille et monte vers le nord pour terminer la conquête de la Gaule.

 

La Romanisation du bassin méditerranéen se termine. Les villes : Arles (Arelate), Orange, Nîmes se construisent selon les plans de Rome : forum, amphithéâtre, temples, arènes. Des vias (Dolmatia ) pavées relient les centres urbains. Des aqueducs apportent l’eau ( -62 à 14) aux thermes, fontaines, bassins.

 

Lorsque Augustus devient empereur en -44, la région Provincia va connaître plus de 3 siècles de Pax Romana avec commerce, prospérité, vastes constructions. A l’arrivée des barbares (Wisigoths, Vandales, Ostrogoths, Lombards, Burgondes)  vers 480 après JC, la Provence connaît une période de graves troubles avec ses destructions, ses famines, son insécurité. Les monuments sont détruits.

 

Dans les « Jardins de Magali » ont été retrouvées les traces d’une ferme romaine : pressoir, système de captage d’eau, bassin, four à poterie. Plusieurs fermes occupaient le territoire de Lauris et de nombreux vestiges furent découverts dans les environs : pièces de monnaie, bijoux, huiles, pierres sculptées. 

 

 

Légende de la mosaïque :

Personnages :

P1 Jules César : -100, assassiné en -44. Conquiert la Gaule entre -58 et -49.

P2 Auguste : Octave reçoit le titre d’Auguste en -27. Voyage en Provence et à Arelate ( Arles).

P 3  Gaulois : tribu celto ligure en Provence. Il se romanise au fil des siècles – 50 à + 200 .

P4 Barbare : les Wisigoths prennent Arles en 471. Suivent les Ostrogoths et les Lombards.

Bordures :

B1, 2 et 3 : lettres grecques adoptées par les Romains.

B4 : symbole du labyrinthe très fort chez les Romains.

Scènes :

C1 Massalia, Marseille fondée en -600. 

C2 Centurie : armée romaine en marche pour la conquête de la Gaule.

C3 Barque avec tonneaux, invention gauloise. Pont du Gard.

C4 Etablissement des villes, développement des métiers : boulanger, four à pain.

C5 Jeu du cirque dans les amphithéâtres antiques, panthère : Arles. Début du Christianisme.

C6 Glanum : arc de triomphe et Mausolée.

C7 Temple de la Turbie au-dessus de Nice.

C8 Fin de l’Empire Romain 380 à 476. Destruction des monuments, massacres. Fin de la Pax et de la Concordia des peuples.

Repost 0
2 mars 2006 4 02 /03 /mars /2006 00:00

La passion du travail artistique et son intérêt pour l’histoire ont conduit André Girod à consacrer le début de sa retraite à concevoir, dessiner et fabriquer les panneaux de mosaïques sur l’Histoire de la Provence.

 

 

Composition des sept panneaux :


1. Préhistoire : 100.00 jusqu’à 1500 ans avant JC
2. 
Antiquité : 1500 avant JC – 500 ans après JC
3. 
Moyen-Âge: 500-1500
4. Renaissance : 1500-1789
5. XIXème siècle : 1789-1870
6. 
XXème siècle : 1870-2000
7. 
Luberon au coeur de la Provence 

 

Chaque panneau représente les éléments qui sembleraient apporter un ajout important à l’histoire générale de la Provence : construction, mœurs, traditions, économie, personnages, faits historiques.

 

Le choix a été difficile tant l’Histoire de la Provence abonde en vestiges depuis la préhistoire. Les documents sont parfois rares pour authentifier les récits mais le panorama qui suit donne, malgré absences et défaillances, une idée assez précise de l’évolution de l’Histoire de la Provence.
Que sa lecture vous apporte réflexion et satisfaction.

 

André Girod, mosaïste éclairé

 

Repost 0
16 février 2006 4 16 /02 /février /2006 17:30

La Provence fait partie d’une vaste région qui s’étend de la Drôme à la Côte d’Azur et englobe le bassin méditerranéen. Très ouverte aux courants transitoires par un relief n’offrant aucun obstacle majeur, la Provence a accueilli une présence humaine depuis un million s’années. Du paléolithique à nos jours, les hommes ont établi une suite de civilisations qui ont fourni à notre région richesse et diversité.

L’époque de la préhistoire commencée par l'arrivée de groupes d’australopithèques venus de l’est par le Moyen Orient est attestée par de nombreuses prospections : galets, silex, restes de grands animaux ( bovidés, hippopotame, rhinocéros) indiquent des lieux de séjour de chasseurs : le plus vieil habitat cavernicole en Europe est la grotte du Vallonet à Roquebrune Cap-Martin - ( 06). D’autres sont aussi anciens : grotte de l’Escale à Saint-Estève-Janson (13), 700.000 avant JC, Terra Amata à Nice : 380.000 av JC.

Chasseurs-cueilleurs ont retrouvé le long de la Durance la nourriture nécessaire à leur survie. Les grottes des « Jardins de Magali » auraient pu servir d’abri pour son aplomb profond mais aucune trace ne l’atteste.

La céramique aide à transporter et à préserver les surplus des récoltes et trouve en Provence un terrain favorable. Les plus anciennes poteries d’Europe occidentale à décor cardial obtenu avec le bord d’un coquillage, le cardium, ont été découvertes en Provence.

Les vestiges du plus vieux village dans la région sont à Courthezon (84) daté de 4650 av JC.

En 1991, Henri Cosquer découvre, au cours de plusieurs plongées, une grotte aux décors pariétaux : bisons, phoques, pingouins, bouquetins et chevaux, preuves de grands écarts climatologiques de la préhistoire. Ce site a été occupé entre – 29.000 et  -17.000 ans à l’époque glaciaire lorsque le niveau de la Méditerranée était de 135 mètres en dessous du niveau actuel.

Vers – 3000 ans, la sédentarisation s’accélère grâce à la domestication, l’agriculture et l’industrie de la pierre ( lithique) et du fer.

Les premières figures humaines apparaissent, silhouette filiforme pour l’homme, callipyge (grosses fesses ) pour la femme. Signes symboliques pour représenter objets et humains.

 

 

Légende de la mosaïque:  

P 1-2 : Tête humaine, Mont Bego, vallée des Merveilles, près de Nice
P3 : Homme de Cro-Magnon comme reconstitué par les savants de la fin du 19ème siècle
P4 : Venus de Brassempouy, culture gravettiene, - 22.000 ans
B1-2 : Premiers graphiques : plumeaux et quadrangulaires
B3 : Points rouges : symbole du regroupement
B4 : triangle : symbole féminin
C1 : Grotte Cosquer, près de Cassis, -20 000 ans, cheval gravé au silex, bouquetin de l’ère glaciaire, pingouin (climat froid comme en Norvège). Accès à 30m en dessous du niveau de la mer. Au temps de la glaciation, le niveau de la mer était de –135m du niveau d’aujourd’hui.
C3 : stèle anthropomorphe de Lauris, découverte en 1959, musée Calvet, Aix. 
C5 : racloir, harpon, hache, céramique de l’ère paléolithique supérieur, -30 000 ans
C4 : St Estève Janson (13) : foyer de 600 000 ans découvert dans une grotte lors de la construction de la central EDF.


Repost 0